Bandol

 
Les Romains occupèrent le site de Bendoriumbandol001.jpg (37101 octets) puisqu'ils nous ont abandonné les fondations de leurs murailles, une statue en marbre et des pièces de monnaies impériales.
Il constituait le secteur le plus à l'est du territoire de Tauroentum. 

Mais l'histoire de Bandol commence, réellement, avec celle de la lignée des seigneurs Boyer de Foresta. Antoine Boyer était issu d'une vieille famille de marchands, guerriers et officiers royaux. Sa fidélité au roi Henri IV lui valut, en 1596, d'acquérir ses lettres de noblesse, bendor001.jpg (39649 octets) d'entrer en possession du territoire de Bandol et des îles Rousse et de Bendor. Il obtint l'autorisation de bâtir le fort de Bandol, sur la presqu'île, face à l'île de Bendor appelée, depuis le XVIIème siècle, la pierre précieuse.

Habile commerçant et meneur d'hommes, Antoine Boyer de Foresta obtint, en 1603, le monopole de la pêche au thon, à la madrague, sur toute la côte depuis La Ciotat jusqu'à Antibes.

Le célèbre tableau de Vernet, peint en 1753, rappelle cette technique d'emprisonnement progressif des thons dans les filets de fond, remontés doucement en surface. Possession des seigneurs de la Cadière-d'Azur et, à ce titre, administré par les consuls de la ville, c'est le 8 janvier 1715 que l'arrière-fief de Bandol, sous l'impulsion de son seigneur François Boyer de Foresta, finit par obtenir la séparation définitive de Bandol et du fief de la Cadière-d'Azur.

En 1751, Bandol reçut de son seigneur, Ange Boyer de Foresta, ses armoiries frappées de l'étoile d'or sur champ de sinople avec pour devise : dux et navigantium securitas.


Si le thon, devenu rare, ne pouvait plus faire la fortune de Bandol, ses terres en cuvette, protégées par les cimbandol003.jpg (33330 octets)es du Gros Cerveau, ondulaient déjà sous les lignes souples des ceps de vigne.
Toute une industrie de tonneau vit le jour et le port de Bandol, au début du XIXème siècle, retentissait du trafic ininterrompu de ses tartanes bourrées, jusqu'au pont, de barriques de vin.
Le phylloxéra, le chemin de fer, la surproduction chronique obligèrent les viticulteurs à produire un vin de qualité dont l'Appellation d'origine Contrôlée fut reconnue dès 1941. 

Aujourd'hui, Bandol, station climatique, est un lieu de villégiature très fréquenté par le soleil et les bandol004.jpg (37634 octets) touristes, avec des plages agréables comme la plage Centrale ou celle de l'anse de Rènecros et, à proximité, des criques sauvages comme celle, à l'ouest sur la route des Lecques, du Port d'Alon.

L'église bandol002.jpg (19829 octets)Saint-François-de-Sales, terminée en 1785, possède un Christ en bois au visage émacié comme savaient en produire, au XIIIème siècle, les artistes espagnols.

Enfin, dans le jardin exotique et le zoo de Sanary-Bandol, les animaux les plus hauts en couleurs évoluent dans le décor le plus exubérant des plantes de la zone tropicale