Six-Fours les Plages

 

Six-Fours les Plages occupe, depuis le XVII ème siècle, une vaste dépression dominée par l'éperon rocheux sur lequel avait été bâti l'ancien village perché.

six_fours003.jpg (23838 octets)Seule subsiste de ce dernier, la collégiale Saint-Pierre. A l'emplacement d'un édifice religieux, datant du V ème siècle, dont les seuls vestiges sont un pan de mur six_fours004.jpg (29500 octets) circulaire, un caniveau en grosses pierres et un batistère rond, une église romane a été édifiée par les abbés de Saint-Victor de Marseille. 

Un très ancien autel remplit l'espace ouvert en demi-cercle sur les cotés des chœurs. L'une, appelée six_fours001.jpg (39255 octets) l'autel de la prothèse, recevait le pain et le vin du sacrifice et abrite, désormais, une Vierge à l'Enfant en albâtre, du XVII ème siècle. Dans l'autre, le sacrarium, les fidèles déposaient des effets ayants appartenu aux défunts morts loin de la paroisse. Un polyptyque de Ludovic Brea, peint en 1520, comporte deux rangées de personnages.

six_fours002.jpg (23906 octets)On y retrouve Saint Jean-Baptiste, vêtu de peau de bête, Saint-Pierre, la Vierge et l'Enfant jouant avec un chardonneret, Saint Honorat, Saint Benoît, puis le Christ entre Saint Martin, Saint Victor, Saint Sébastien et Sainte Marguerite. Au début du XVII ème siècle, l'église fut agrandie par l'architecte Borelli de Marseille qui encastra son nouvel édifice gothique dans la partie romane existante. La consécration de l'église eut lieu le 5 juin 1634 et Messire Lombard, curé de Six-Fours, obtint, l'année suivante, du Pape Urbain VIII, la concession à perpétuité, pour son église, des reliques des clefs de Saint-Pierre. Elles devaient " guérir les malades d'esprit et ceux qui ont été mordus par des bêtes venimeuses. Devenue collégiale le 19 novembre 1648, elle fut alors dotée de stalles et d'un buffet d'orgues.

A proximité du cap Sicié, la chapelle Notre-Dame de Mai est un lieu de pèlerinage ; juchée sur le massif du Mai, elle offre un point de vue immense sur la Méditerranée