Saint-Cyr sur Mer

 
Saint-CyrLe patrimoine de ce village, qui prit successivement les noms de Saint-Cyr, puis de Saint-Cyr-de-Provence, et enfin de Saint-Cyr-sur-Mer, s'est enrichi de la reproduction toute dorée de la statue de la liberté new-yorkaise et du centre d'Art Sébastien, ouvert en hommage au peintre de Vallauris, ont enrichi le patrimoine historique et culturel de ce village.

La fondation de la colonie phocéenne de Massalia, vers 600 avant J.-C., un navire phocéen à la proue ornée d'une tête de taureau, aborda à proximité du golfe des Lecques.

Saint-CyrLes rescapés fondèrent une ville et lui donnèrent le nom de Tauroeis ou Taurois, en souvenir de leur bâtiment englouti. Oliviers et vignes constituèrent vite les ressources nécessaires à la survie de l'agglomération et son accession au titre de comptoir massaliote lui assura la prospérité et la sauvegarde.

Quand Massalia, craignant les incursions des peuples autochtones de l'arrière-pays, fit appel à Rome pour sa défense, elle croyait encore pouvoir décider de son destin.


Mais, mal informée sur les intrigues politiques de l'Urbs, elle prit partie dans la lutte à mort qui opposait César à Pompée.

Massalia, choisit Pompée et, en 49 avant J.-C., dut s'incliner, dans le golfe de Marseille, devant la flotte de César conduite par Décimus Brutus.

Saint-CyrNasidius, le chef de la flotte de Pompée, venu en renfort, fit escale à Taurois avant d'affronter les vaisseaux de Décimus Brutus dans le golfe délimité par Cytharista, la Ciotat, et Taurois. L'échec fut cuisant et Nasidius s'enfuit, abandonnant Taurois qui fut peu à peu désertée.

Au Ier siècle après J.-C., au temps de la pax Romana, des romains choisirent de s'installer dans l'ancienne Taurois et firent Tauroentum, la ville romaine, avec ses villas somptueuses ouvertes sur de riches terres agricoles.

L'effondrement, glissement de terrain ou tremblement de terre, au IIIème siècle, des falaises qui portaient Tauroentum puis la menace barbare au Vème siècle, marquèrent la fin du rayonnement de la cité.